• ete-2011 0551

     

     

    ete-2011 0557


    6 commentaires
  • Bancs-et-chaises 0243

     

     

      1461 commentaires et 4586 commentaires à ce jour ...

     

    Ce jour, aussi, ma cousine Anouch48 fête son anniversaire et une chouett'copine Anne-Marie  !


    8 commentaires
  • ete-2011 0164

     

    ete-2011 0167

    ete-2011 0168


    14 commentaires
  • Banniere 0010


    10 commentaires
  • Le 5 juillet 2012, je déménage ... je ne vais pas loin ... 500 mètres pas plus ! Je tenais à garder mon quartier, mes habitudes, mes amis, mes associations ... Pensez j'habite ici depuis plus de 35 ans !

    Je mets l'appart' en cartons et ce n'est pas une mince affaire ! 

    Je quitte la chapelle romane pour trouver la Chartreuse où des jardins vont être aménagés. Une grande table, symbolisant un puits, sera légèrement creusée pour que l'eau de pluie s'y répande et serve d'abreuvoir aux oiseaux. Des plaques en acier sculptées formeront des claustras.

     

    La chapelle romane 032

     

    La chapelle romane avant la création de l'esplanade ... Dès le XVIIème siècle, plusieurs confréries de religieux se succèdent à Petit Quevilly.

     

    Des Chartreux, arrivés de Gaillon, prennent possession des lieux en 1667, ils entreprennent des constructions à l'emplacement de l'actuel hôpital. En 1682, les Chartreux de Notre-Dame de la Rose quittent leur monastère démoli de Rouen et rejoignent leurs confrères de Saint-Julien.

     

    Dès 1685, les moines se déplacent un peu plus à l'ouest de l'enclos Saint-Julien et décident de travaux plus importants : le grand cloître prévoyant sans doute 24 cellules n'est jamais achevé. L'église définitive, terminée en 1767, est consacrée le 30 octobre.

     

    Mais en 1790, la Chartreuse est encore en chantier, lorsqu'est dissoute la communauté des Chartreux de Petit Quevilly.

     

    A la Révolution, l'enclos Saint-Julien devient bien national. Il est ensuite revendu et morcelé. La plupart de ses bâtiments sont démolis procurant ainsi des matériaux pour la construction du quartier Saint Sever à Rouen.

     

    Aujourd'hui, l'ensemble est inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. Divers bâtiments subsistent, des cellules de  moines sont transformées en logements, aujourd'hui encore habités. D'autres cellules sont conservées autour du cloître en U dont le mur sculpté est encore visible rue du Général Foy.

     

    Ermitage rénové en 2011

    Ermitage rénové.


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique